La boite à outils du magnétiseur

Pour les puristes, un magnétiseur possède en lui tous les « outils » utiles à sa pratique. Si c’est vrai dans la majorité des cas, il s’avère aussi utile et parfois nécessaire pour le magnétiseur de faire appel à d’autres supports. Ils agiront comme des intermédiaires permettant de prolonger l’action du magnétisme ou d’affiner le ressenti. Les magnétiseurs deviennent dès lors de véritables couteaux-suisses ambulants, toujours prêt à soulager la souffrance de leur prochain.

Sommaire de l’article :

  • Les outils essentiels et indispensables.
  • Les mains.
  • Le souffle.
  • Le sommeil magnétique.
  • Les intermédiaires.

Les outils essentiels et indispensables

Pour mener à bien son action, le magnétiseur possède 4 outils de base qui sont considérés comme la pierre angulaire de sa pratique : les mains, le souffle, le regard et les intermédiaires. Bien plus que de simples zones physiologiques, ce sont 4 expressions de son art qui prendront la forme la plus adaptée selon le besoin du consultant. Il pourra ainsi écouter, lire et façonner son action afin de relancer les fonctions naturelles et vitales pour le magnétisé.

L’étude de la gestuelle des mains en magnétisme est indispensable pour effectuer un travail de qualité et développer une saine compréhension de l’action à déployer. Si le geste du magnétiseur est précis, le résultat sera excellent pour le consultant. Il ne s’agit pas seulement de déplacer ses mains en voulant simplement reproduire un mouvement (méthode ou technique) ou un effet (soulagement, stimulation…), mais plutôt de développer un savoir-faire amenant à comprendre le sens du geste et de la portée qu’il va générer. De cette démarche découlera la connaissance (savoir) et le savoir-être exigé pour accompagner son prochain face à sa souffrance. Le geste effectué par le magnétiseur lui permet de passer du connu vers l’inconnu. Le connu sera représenté par les postures de mains et les actions qui en découlent, ce sera le monde du manifesté, de l’expression et de la dimension extérieure. L’inconnu quant à lui fera d’avantage appel au monde intérieur (non-manifesté, intériorité, sensibilité) aux sensations et aux mouvements de l’énergie dans la matière.

Quoi qu’il en soit la gestuelle suit un rituel conventionnel, portée par un sens profond, exempt de toute passion égotique et de superstition. Ils mettent en relation avec une dimension subtile permettant de consacrer. La gestuelle dont il est question peut se manifester par la prise de contact, les passes, les impositions, le souffle, le regard, le toucher, le lavage des mains (avant et après la séance). N’oublions pas que le magnétiseur est toujours un intermédiaire, un pont entre le profane et le sacré, entre le visible et l’invisible. Par conséquent, s’il sur estime sa maitrise gestuelle (compter sur ses propres forces et ressources) des inconvénients et dissonances peuvent survenir.


Les mains

Elles ont une place emblématique dans l’art du magnétisme et des autres pratiques énergétiques (reiki, quantum touch,énergétisme, bio-énergie…). Le rôle et la dimension symbolique qu’elles représentent (accueil-don, réception-émission, donner-recevoir) leurs confèrent une importance capitale pour le magnétiseur, qui les considères comme le prolongement de son cœur. Elles peuvent ainsi lui permettre de ressentir les déséquilibres subtils (scan énergétique) et d’agir en conséquence par une méthodologie spécifique : impositions et passes magnétiques. 

D’une manière générale la main droite est dite positive, elle transmet l’énergie curatif et représente l’autorité spirituelle. La main gauche quant à elle est dite négative car elle réceptionne les informations subtiles et représente le monde matériel. Cette notion de la polarité des mains et du corps est capitale dans le magnétisme animal.

  • Les impositions.
  • Les passes magnétiques.
  • Les frictions et effleurages.
  • Les effleurages.
  • Les frictions.

Le souffle

De tout temps et dans diverses traditions, le souffle à une place importante pour ne pas dire vitale au vue des enjeux qu’il incarne. Associé à la respiration, le souffle est étroitement lié au phénomène de la vie. L’Homme naît par le premier souffle qui lui insuffle la vie, la naissance alors que la mort se caractérise par un dernier soupir. Les anciens considéraient l’air que nous respirons comme le véhicule privilégié d’une énergie vitale qui sera nommée de façon différentes selon les traditions mais dont l’idée reste identique :

  • Ki pour les Japonais.
  • Chi ou Qi pour les Chinois.
  • Ka pour les Egyptien.
  • Loung pour les Tibétains.
  • Prana pour les Hindou.
  • Mana pour les habitants de l’île de Pâques.
  • Rouah pour les Hébreux.
  • Et Pneuma pour les Grecs.


Si le souffle incarne la force vitale, il est aussi étroitement lié aux forces psychiques et spirituelles dont il est l’un des vecteurs. Sa relation avec la dimension subtile et sacrée lui donne alors une place de choix dans les rites religieux, initiatiques et thérapeutiques.

Dans la pratique du magnétisme, on sait à quel point il est important de parler du souffle. Une respiration correcte est fondamentale. L’inspiration, l’expiration et la rétention d’air dans les poumons, ainsi que la façon de respirer sont primordiaux pour le maintien de la vitalité. Le magnétiseur aura à cœur de pratiquer des exercices respiratoires afin de récupérer et accroitre son potentiel d’énergie vitale.


Le sommeil magnétique

Le sommeil magnétique ou plus précisément « l’endormissement magnétique » ne doit pas être confondu avec l’hypnose, la sophrologie ou la transe. Son objectif est de permettre au magnétisé d’éveiller sa sensibilité et d’aiguiser ses sens afin que le magnétiseur puisse l’aider à régulariser son mode de vie par des suggestions bienveillantes et bienfaisantes. Pour cela, le magnétiseur emploi les passes magnétiques, le regard et la suggestion mentale qui sera dirigée vers le résultat à obtenir : calme et détente, réduction du stress et de la nervosité, dégagement des peurs et addictions, etc.

La pratique du sommeil magnétique s’effectue au cours de la magnétisation classique ou à la fin d’une séance. Il est important de rappeler que durant toute la phase de sommeil magnétique, le magnétisé garde sa conscience, sa vigilance et son discernement.


Les intermédiaires

Il s’agit de supports matériels permettant de prolonger l’action bénéfique de la séance soit pour transmettre une énergie vitale, soit pour renforcer l’action de la magnétisation. Leurs capacités à conserver et diffuser la charge magnétique en fait un outil de choix pour le magnétiseur qui souhaite poursuivre son action entre deux séances où lorsqu’une personne est dans l’incapacité de se déplacer. 

La magnétisation de l’objet se fera en tenant compte de la polarité du corps concernée ainsi que de la nature du problème afin de savoir s’il faut calmer ou stimuler. Le magnétiseur pourra alors effectuer une imposition isonome (magnétisation positive), hétéronome (magnétisation négative) ou régulatrice (impositions des deux mains). Les passes magnétiques peuvent être employées pour charger l’objet. Selon l’objectif recherché, ils pourront être utilisés en interne (exemple : eau magnétisée) ou en externe (exemple : coton magnétisé). 

Les intermédiaires de la magnétisation :

  • Les liquides : huile, eau, crème, baume.
  • Les tissus : coton, vêtements, oreillers, linge de lit, doudou.
  • Les métaux (fer, cuivre, argent, or…) : aimants, médailles, pendentif, talisman.
  • Le bois et le papier.
  • Les poils de chat.
  • Les bougies (de préférence en cire d’abeille).

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *